Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2010

pas de douanes aux frontières

lavabo-1.jpg
Lavabo du Piston Pélican, bar frontalier et photolittéraire

 

 

"La photolittérature est une zone frontalière"

Capitaine Corbeau Noir alias Tieri Briet.

 


Frontière, nom féminin. XVème siècle

1213 : "front d'armée".

1. Limite d'un territoire qui en détermine l'étendue.

Borne, lisière

Dans nos frontières. Au-delà des frontières.

Par extension : limite séparant deux Etats.

Démarcation.

Parties d'un territoire avoisinant la frontière.

Confins

Frontières naturelles, constituées par un obstacle géographique.

Le Rhin, frontière naturelle entre la France et l'Allemagne.

Frontière artificielle, conventionnelle : ligne idéale, au tracé arbitraire, généralement jalonnée par des signes conventionnels (bornes, barrières, poteaux, bouées).

Poste de police, de douane installé à la frontière. Passer, franchir la frontière. "Il a été arrêté à la frontière".

Défendre, protéger ses frontières contre l'ennemi. Incident de frontière. Sans frontières : international. Médecins sans frontières.

Frontalier, limitrophe. Région, zone frontière.

No man's land. Ville frontière. Poste frontière.

2. Limite, séparation

(reculer les frontières du savoir, Aux frontières de la vie et de la mort, "rêver de choses qui sont à la frontière du possible et de l'impossible", Martin du Gard).

CONTR : centre, intérieur, milieu.

 

Le Nouveau Petit Robert, 1993

17/05/2010

Les années VillaBar, chronique photolittéraire

Nous reproduisons ici un article écrit dans une revue des années 2060, La saga des voix lactées, sur le livre photolittéraire Les années VillaBar. Nous espérons que les auteurs de cette revue de l'avenir, La saga des voix lactées, auront l'amabilité de s'intéresser aux oeuvres crées par Focale, et d'en publier des commentaires et articles utiles.

Les années VillaBar.jpg

Album de 17 000 pages, agrémenté des illustrations de Phil Nat Guang.
Papier antique. Couverture et photographies glacées.
Editions Furibonde, 2062

Les éditions Furibonde plongent à nouveau dans la mélancolie. Après J’ai mangé ta vie, de Malo Quirvane, puis J’entendais ta guitare pleurer, de Venexiana Atlantica, elles publient cette année un petit album d’une petite vingtaine de milliers de pages sur un mouvement artistique à jamais passé. Il faudrait s’interroger sur le culte du passé dans un monde pourtant si neuf, si plein d’espérances et d’avenir. Entrons pourtant dans ce livre de souvenirs.

Dans les années 2010 le mouvement VillaBar, suivi par le mouvement ArtBar, constitua une source de création à laquelle ceux qui y participèrent ont puisé pendant longtemps, longtemps après que VillaBar ait fermé ses portes de création.
Ce livre replonge dans ces années de création simple et tranquille, quand tout était encore possible pour des êtres humains qui vivent ensemble dans une ville, sous un ciel pollué mais romantique, dans un monde où les voitures traversaient de longues rues de pavés et de béton mêlés.
Quelques articles et témoignages émaillent ce livre de mémoire artistique. Plusieurs interviews de vieillards qui eurent un rôle dans ces frasques visuelles à l’époque de leur jeunesse. Comme Marcella Barbieri, dite La Marcella, photographe. Comme Sancha, Olivier Estord et Isabelle Ferrier, photographes aussi, rassemblés à nouveau quarante ans après. Ils s’étaient perdus de vue, la plupart après de grosses fâcheries, depuis des lustres. La scène de leurs retrouvailles, racontée par Damian Baladine, est émouvante : ils ne se reconnurent pas sous leurs masques de grande vieillesse.
Boris Bérard, qui jouait Stanislas Tichy, est interrogé ici par la journaliste Stella Mar (petite fille d’Esther Mar, qui participa aux romans photos VillaBar de la période Piston Pélican).
J’en reproduis un extrait.

Stella Mar :
- Vous vous souvenez bien de cette période ?
Boris Bérard :
- Ah ben ! Ben oui !
SM
- VillaBar, c’était vraiment cette ambiance artisanale et rienàfoutriste qu’on a tant décrit depuis ?
BB
- Artisanale, j’te crois. Rienàfoutriste, ben nan, quand même. C’était important pour nous tous. Mais on ne voulait pas faire sérieux. On s’amusait. En même temps, bien sûr, on se disait que ça nous mènerait p’têt quelque part.
SM
- Le personnage de Stanislas Tichy vous a longtemps collé à la peau. Etait-ce un pot de colle ou un double ?
BB
- Les deux ! Nous nous sommes influencés mutuellement. Nous nous disputions de temps en temps. Il a été gentil, puis méchant, puis gentil, puis méchant, au gré des scénaristes et de mes déguisements. Au début on croit qu’on joue un personnage. Petit à petit on comprend qu’on le crée, puis d’aventures en aventures on se rend compte qu’il nous transforme. (rires. Puis un soupir. Boris Bérard prend une chique). Evidemment, un personnage comme ça, on n’en campe pas beaucoup dans une vie d’acteur. Heureusement. C’est trop prenant. Il faut savoir changer de peau !

Indéniablement, Boris Bérard est nostalgique. Il parle aussi de la belle Ondine Frager, des frasques de William Fontaine, du profil machiavélique du trop tôt disparu Charles Mac Lance et des crises de neurasthénie d’Edith de CL. Stella Mar l’interroge sur les auteurs, dont il a connu le plus grand nombre. S’il avoue ne pas bien se souvenir d’Esther Mar ou d’Antonio Zamora, il relate en revanche des événements précis ayant eu lieu avec Sara, Mathieu Granier "el diablo dulce", Iris Ducorps ou encore Philip Darkensen. On boit avec ferveur ces anecdotes qui font revivre un monde dont le présent ne nous parle plus, mais qui hante encore tant de mémoires. Quelques photos de Bérard jeune agrémentent l’édition. Puis son portrait, pris l’année dernière par la photographe Dany Stardom. Les étoiles brillent dans les yeux de celui qui interpréta, dix ans durant, à travers films et romans photos, le truand romantique Stanislas Tichy.

 

Averell D

02/05/2010

Métrodore, note d'intention

 

Madeline Roth expliquait sont entrée dans le monde de Septième avec le billet de ce blog intitulé "Et ça parle toujours d'amour". Un autre auteur, d'un autre roman de Focale, raconte la genèse de son livre :

 

édith N&B3.jpg
"Une salariée marche vers la mer", par Sara

 

 

"C’était mon premier travail salarié. Je passais ma journée devant un ordinateur, dans un état de subordination vis-à-vis de mes supérieurs ; j’apprenais l’absurdité du monde « sérieux » et je comprenais que pour « réussir » dans le salariat il faudrait que je renonce, peu à peu, à toutes les libertés intérieures que j’avais prises à l’adolescence. Je vivais dans le paradoxe de voir monter, en même temps, l’approbation des autres sur ma vie d’adulte et mon angoisse de perdre mes forces vitales et spirituelles.  C’est pour conjurer le sort que je me suis mise à écrire, à écrire avant qu’il ne soit trop tard le livre de mon adolescence, celui que je ne pourrais plus écrire si j’allais trop loin dans l’acceptation de la société. J’appelai ce livre Métrodore".

Edith de CL, 27 avril 2010